Carnet de voyage : New York City & Floride

Pour notre troisième voyage aux Etats-Unis, nous avions décidé de découvrir la côte Est. Histoire d’à la fois pimenter et adoucir un peu les choses, ce serait notre deuxième voyage à trois, avec notre petite fille de presque deux ans, et le premier où nous serions seuls tous les trois. Au programme : une semaine à New York City, dix jours en Floride, avec une voiture, puis retour dans la grande pomme pour 4 jours avant de rentrer. Installez-vous confortablement et suivez le guide ! 🙂 ➡

© 2017 Pianographe / Jonathan BAILLEUL - Carnet de voyage USA - New York City & Floride
(suite…)

Carnet de voyage : la Nouvelle-Calédonie

Retour sur le caillou, la France si loin de la France ; un mois auprès de la famille des TOM !

(suite…)

Roadtrip à moto : les châteaux de la Loire

Les 12, 13 et 14 mai derniers, j’ai enfin pu profiter de mon cadeau d’anniversaire : un roadtrip à moto dans la Loire, avec un ami ! Evidemment, chacun sa moto. Une rouge pour lui, une bleue pour moi. Comme pour notre excursion aux 24h du Mans motos, en avril, la météo n’a pas été très clémente (et c’est un euphémisme)… mais ça a contribué à ajouter du challenge et à développer nos compétences respectives de pilotes.
Entre les promenades, les visites, le fun et le repos, on est rentrés avec plein de souvenirs, dans la tête comme sur les cartes-mémoire.

(suite…)

L’exceptionnel Sigma 35mm f/1.4 Art

J’ai testé pour vous le Sigma 35mm f/1.4 ART pour Nikon, un objectif à focale fixe sorti en 2012.

Mise en contexte

Si jusque là, Sigma nous avait habitués à des productions légèrement en-dessous de celles de leurs concurrents principaux (Canon et Nikon), en qualité comme en prix de vente, il semblerait que la marque ait réorienté sa trajectoire vers le haut-de-gamme, voire le très haut-de-gamme. (suite…)

Carnet de voyage : 8 jours à Rome

Les vacances. Enfin, les vacances ! Rome, nous voici !

Le phénomène s’étant raréfié, difficile d’être dans le mood au début. On pense toujours à l’heure du réveil pour le lendemain matin, on ouvre les yeux en sursaut avec le sentiment d’être en retard et on culpabilise presque de vaquer à ses occupations pendant que les collègues triment. Si, si. Ou au moins, durant la première journée.

Pour ne pas rentrer trop fatigués, nous avions pris le parti de prendre quelques jours avant le départ et après le retour, ce qui nous a permis de nous occuper de la maison, du jardin et d’autres choses sans nous mettre la pression. (suite…)