Les tests de matériel photo sont-ils inutiles ?

La question peut paraître excessive, mais nous allons voir qu’elle ne l’est peut-être pas tant que ça. Aujourd’hui, dès que vous ouvrez un magasine spécialisé ou que vous tapez le nom d’un produit, vous êtes bombardés de tests en tous genres : tests de performances, tests d’utilisation, tests comparatifs, etc., et peu importe le médium choisi : presse écrite, radio, internet. En somme, ils sont partout ! Et cette ubiquité est néfaste. Voyons pourquoi.


Pourquoi ne pas les lire ?

Une faible valeur journalistique

Il est bon de vérifier la légitimité de l’auteur d’un test. Le testeur a souvent autorité car il est considéré comme étant l’initié face au lecteur, profane. Toutefois, parmi tous les auteurs de billets de tests matériels, si je doute que la moitié soit constituée de professionnels de la photographie, je doute surtout que 10% d’entre eux soient de vrais journalistes ayant validé une formation. La conséquence, c’est que n’importe qui peut dire n’importe quoi et la majorité des lecteurs prendront ses propos pour parole d’évangile, à tort.

Les billets sponsorisés

Le sujet est tabou, mais pourtant réel. Plus le médium consulté (site/blog/journal/magasine/radio) est populaire et visité, et plus les marques vont prêter facilement du matériel, puis offrir de petits cadeaux aux auteurs pour qu’ils flattent les produits prêtés. Cela corrompt et fausse évidemment le jugement et l’honnêteté de ces derniers, et rares sont ceux, de peur de voir leur lectorat (ou leurs auditeurs) prendre la poudre d’escampette, qui osent l’afficher publiquement. D’autant plus que la discrétion du sponsoring est parfois dans l’accord qui lie la marque à l’auteur. Évidemment.

Votre cerveau est doué de logique

Avez-vous déjà lu un test qui prenne clairement parti et qui réponde autre chose à une question fermée que “ça dépend.” ? Si oui, vous êtes chanceux. La consensualité est devenue omniprésente et rend indigeste la lecture de ces tests. Personne n’ose prendre parti de peur d’être contredit et de passer pour un mauvais technicien, ou de froisser des lecteurs qui iraient voir ailleurs. Avez-vous besoin de dépenser entre 5 et 10€ dans un magasine qui va vous expliquer qu’un objectif à 400 euros sera globalement bon sans casser de briques, qu’il est un bon compromis mais qu’il souffre de certaines limites, alors que son grand frère à 1800 euros, lui, est quasi irréprochable ? C’est du bon sens. Et le bon sens, c’est gratuit. Gardez vos sous.

Vous ne photographiez pas des mires

Les tests de type benchmark, mais si, vous savez, ceux qui vous montrent des photos de lignes verticales, de quadrillages, pour mesurer scientifiquement la distorsion, le moiré, le vignettage et le piqué… Eh bien leur intérêt est proportionnel à leurs homologues du monde performance PC. Autrement dit, les différences visibles sur un banc de test ne le seront pas nécessairement en condition réelle, sauf dans les cas extrêmes, qui concernent un très faible pourcentage de professionnels, qui de toute manière sait déjà quoi acheter selon son besoin. Avoir une distorsion de 1,2% sur les angles à pleine ouverture, OK, ça justifie le fait que vous ayez sorti 2200€ pour cet autre objectif plutôt que d’avoir choisi son concurrent à moitié prix dont vous lisez le test. En discussion mondaine, tout au plus. Mais à part si vous faites des tirages au format A1 ou A2, très peu de chances que cela vous dérange. En clair, avoir du matériel hyper haut-de-gamme pour ne publier que sur le web et livrer de la HD (1920px de grand côté) à vos clients, c’est assez inutile. Désolé, ça fait mal, mais faut bien le dire.


Quand les lire quand même, avec réserve ?

Votre niveau technique est faible ou moyen

Un magasine peut vous aider si vous êtes dans le réel besoin de conseil, si les caractéristiques techniques d’un matériel sont du chinois pour vous, et que vous prospectez à l’aveugle. En résumé, si vous êtes encore en plein apprentissage. Attention à bien conserver votre esprit critique, à multiplier et corréler les sources d’information et leur indépendance. Je recommanderais davantage la lecture de retour d’expériences d’utilisateurs, autrement dit d’êtres humains qui sont sortis dans le monde réel prendre des photos avec le matériel et qui parlent en connaissance de cause. La cerise sur le cheesecake étant de trouver des feedbacks de photographes dont vous appréciez le travail : si tonton Raoul écrit “Cet objectif est super top moumoute” mais qu’il ne fait que des photos de famille en mode auto et qu’il a du caca dans les yeux ou une sensibilité artistique restée coincée dans les années 70, ça vous fait une belle jambe !

Vous ne pouvez pas l’essayer avant d’acheter

Connaître l’ergonomie d’un boîtier est un critère essentiel à mon sens, car il faut penser au confort d’utilisation du matériel, et n’étant pas tous des clones (heureusement), il y a fort à parier que ce qui conviendra à votre voisin ne vous siéra guère et réciproquement. D’autre part, il est, je pense, judicieux d’être dans la recherche de défauts (y compris sur les forums et avis des sites marchands), car le matériel qui vous sera adapté ne sera pas uniquement celui qui réunira toutes les qualités que vous recherchez, mais peut-être celui dont, en outre, vous tolérerez les défauts.


Le choix de l’auteur

C’est humain, j’aime prendre la température avant d’acheter. Dans mon processus décisionnel, je change d’avis presque chaque jour, le temps de trouver toutes les infos mais aussi de les assimiler et de faire le tri entre ce qui compte ou non. La ligne directrice, à mon sens, est d’avoir un matériel cohérent avec son besoin et ses finances. Si vous avez un 70-200mm f/2.8 sans faire de photo sportive, c’est un peu du gâchis. Si vous avez un 24-70mm mais que 80% de vos photos sont faites à 50mm, il est peut-être bon d’envisager un remplacement. Bref, j’essaie de garder du discernement et de prendre du recul par rapport aux tests de laboratoire.

Et vous ? Les lisez-vous ? Suivez-vous les conseils ? Quelles sont vos habitudes ?

Jonathan

Je suis un “pianographe à moteur“. Cela résume trois de mes passions : le piano, la photographie et la moto. Les autres sont la lecture, les voyages et la gestion de mes sites web. J’essaie d’être critique et sincère à la fois, en chaque écriture, en me basant sur mon expérience et mes goûts personnels.

Related Posts

4 Commentaires

Rémy

il y a environ 5 années Répondre

Bien dit. Alors moi, j'dis que si Tonton Raoul a du caca dans les yeux, qu'il reste en mode "auto" et aussi, une question : Quelle est la marque du téléphone portable d'Oscar Wilde sur la photo ?

Jonathan

il y a environ 5 années

C'est vrai que la position est ambigüe ;)

Romain

il y a environ 3 années Répondre

Excellent article. Pour ma part, je donne effectivement plus d'importance aux tests de terrains et avis laissés sur les sites marchands que ces fameux tests dits «de laboratoire». Cela dit, un test labo révélant de trop fortes lacunes comme un manque de piqué ou du vignettage trop prononcé peuvent éviter des déceptions, et aident aussi à comparer deux optiques aux critiques et prix identiques.

Jonathan

il y a environ 2 années

Merci Romain pour ce commentaire.

Ce que tu dis est tout à fait vrai : entre deux matériels vendus au même prix et proposant la même fonction, un test de labo (idéalement accompagné d'un test terrain) peut être très utile et déterminant dans la décision d'achat. Toutefois, le "look & feel" reste un critère important pour moi et je sais que j'aime prendre en main le matériel pour l'essayer avant de sauter le pas, malgré la facilité avec laquelle on peut, aujourd'hui, retourner un article qui ne nous convient pas. :)

Laisser un Commentaire

Parce que vos commentaires permettent à la discussion de naître, ils sont les bienvenus.