Être modèle, pourquoi pas vous ?

Glossaire

Pour éviter toute confusion, je vous propose une rapide revue du lexique qui concerne les mannequins, modèles et sujets photographiques :

  • Mannequin : vous représentez une marque et votre corps ne sert que de présentoir (c’est dit de façon abrupte, mais dans l’idée, c’est ça) pour le produit qui vous habille ;
  • Modèle : cette fois, c’est à vous que l’on s’intéresse. La plupart du temps, vous jouez un rôle, vous vous déguisez, montrez une certaine facette de votre personnalité et revêtez un style déjà existant (“à la façon de”) ;
  • Sujet : vous êtes vous-même et le photographe dresse votre portrait.

NB : merci à Gûlwen pour son billet très bien fichu (malheureusement hors-ligne depuis) dont j’ai repris l’essence pour forger ces définitions.

Être modèle, pourquoi (pas) ?

Contrairement aux idées reçues, nul besoin d’avoir des mensurations de mannequin pour jouer les modèles, et encore moins pour être un sujet photographique.  Ce qui compte, c’est vous, votre personnalité. L’idée, c’est de vous mettre en scène à votre guise et vous permettre de disposer de belles photos professionnelles de vous. Si les photos de famille sont chouettes, elles ne valent pas des portraits de qualité pour vous représenter. Pensez à vos proches, à vos enfants, et même à vous pour plus tard : cela fera de beaux souvenirs.

Vous pensez que les shootings, ce n’est pas pour vous ? Que vous n’avez pas le profil ? Que c’est sympa mais pour les autres ? Vous vous trompez. Que ce soit dans un contexte personnel (photos de couple, par exemple) ou professionnel (vues de vous en activité), tout le monde est “éligible” à une séance photo ! Il faut simplement franchir le pas, et en général, les photographes ne sont pas de grands méchants loups. Pour celles et ceux qui seraient un peu complexés, c’est d’ailleurs un excellent remède.


Comment ?

Maintenant que vous envisagez qu’une séance peut être un moment fun, agréable et riche humainement, vous vous demandez sûrement de quelle façon on peut en organiser une. Laissez moi détailler quelques points :

Organiser la séance

Prise de contact

De deux choses l’une : soit vous savez avec quel(le) photographe vous souhaitez travailler, soit non. Dans le premier cas, un coup de téléphone ou un e-mail pour engager la conversation suffit. Pensez à demander les prestations proposées : le(s) lieu(x), la durée, les tarifs et les livrables. Si vous ne connaissez pas encore le photographe, vous pouvez consulter des annuaires ou des plateformes de books comme book.fr par exemple et avec un brin de recherche, vous trouverez votre bonheur. Dans tous les cas, essayez de préparer un peu votre projet : appelez en sachant à peu près ce que vous souhaitez (intérieur/extérieur, photos seul(e) ou en couple, ambiance, thème, etc.).

Cadrage de la séance

Votre séance est comme une voiture neuve : elle est accompagnée d’un tas d’options qui vont vous permettre de la personnaliser, d’en faire quelque chose qui vous ressemble. Parmi ces paramètres, on retrouve communément :

  • l’environnement : intérieur ou extérieur (+ lumière naturelle ou artificielle)
  • la discipline : portrait, mode, glamour, beauté, charme, nu, etc.
  • l’ambiance : rock, douce, classique, décontractée, corporate, etc.
  • le thème : romantique, professionnel, boudoir, à la façon de, cosplay, gothique, etc.

Il est primordial de formaliser un contrat pour définir clairement qui est qui, quel usage sera fait des photos, dans quelles limites géographiques et temporelles. Pour le photographe, il faut une cession de votre droit à l’image et pour vous, il faut une cession de droits d’auteur (afin de pouvoir utiliser les photos). Le tout en double exemplaire daté et signé.

Déroulement de la séance

Pendant la prise de vue, il est important de savoir partager les idées sans les imposer pour autant. Une séance réussie est une séance bien préparée, avec au moins 5 ou 6 idées de photos à réaliser chacun (modèle et photographe). Pour le reste, puisque quelques images valent sûrement mieux qu’un long discours, voici à quoi ressemblent les coulisses d’une séance :

Séance avec Mélanie - Backstage 1

© Erasmiotaton – Séance avec Mélanie – Backstage

Séance avec Mélanie - Backstage 2

© Erasmiotaton – Séance avec Mélanie – Backstage

Séance avec Mélanie - Backstage 3

© Erasmiotaton – Séance avec Mélanie – Backstage

Au cours de la séance, si le photographe ne pense pas à le faire, demandez à voir le rendu sur l’écran de contrôle de l’appareil. Cela permet de vous assurer que le rendu vous convient à tous les deux, et le cas échéant, d’ajuster la lumière, de corriger une pose, un cadrage, voire de trouver d’autres idées de composition, par exemple.

Séance avec Mélanie - Backstage 4

Commenter le rendu ensemble © Erasmiotaton – Séance avec Mélanie – Backstage

Enfin, si le lieu le permet et que vous en avez tous les deux le temps, envisagez de faire une présélection rapide ensemble, afin de relever les images clés et de vous mettre d’accord sur le type traitement à effectuer.

Séance avec Mélanie - Backstage 5

Aperçu de la post-production à venir © Erasmiotaton – Séance avec Mélanie – Backstage

Et après ?

Le traitement

Le traitement -parfois approximativement appelé “retouche”- est à la photo numérique ce que le développement est à la photo argentique : à partir d’une base photographique neutre, on applique le contraste, les niveaux, la saturation, on corrige l’exposition, etc. C’est le travail d’interprétation de la photographie, qui lui permet de se détacher de la simple reproduction du réel. Il faut savoir qu’un traitement soigné représente une quantité de temps non anodine puisque j’estime la charge de traitement à coefficient entre 2.5 et 4 par rapport à la durée de prise de vues (par rapport à mon expérience personnelle). En clair, pour traiter une heure de photos (la sélection qu’on en garde), il faut compter au minimum deux heures et demi de travail. Cette charge varie selon les photographes, la qualité de leurs prises de vues originales, leur niveau d’exigence, leur compétence en post-production, la performance de leur matériel, etc.

Par conséquent, attention lorsque vous essayez de calculer le coût horaire d’un photographe : si vous ne prenez en compte que le temps de prise de vues, vous serez (bien) à côté.

Ci-dessous, l’illustration d’un traitement avec un avant/après (avant à gauche, évidemment) :

[wpw_ba_viewer  width=”auto” height=”auto” anim_speed=”600″ start_percent=”0.5″ lightbox=”simple+lightbox”]
[wpw_ba_img  src=”https://pianographe.fr/wp-content/uploads/ba/julie1b.jpg” data_second=”https://pianographe.fr/wp-content/uploads/ba/julie1a.jpg” title=”Julie – Traitement automnal” data_info=”Julie – Traitement automnal”]
[wpw_ba_img  src=”https://pianographe.fr/wp-content/uploads/ba/julie2b.jpg” data_second=”https://pianographe.fr/wp-content/uploads/ba/julie2a.jpg” title=”Julie – Traitement cinéma” data_info=”Julie – Traitement cinéma”]
[/wpw_ba_viewer]

La livraison

Tout le monde ne travaille pas à la même vitesse et les délais de livraison peut fluctuer selon le planning du photographe et vos disponibilités. Au choix, le photographe pourra vous remettre les photos sur CD/DVD, clé USB ou encore les mettre en téléchargement sur un espace web. Ne comptez en revanche pas sur les fichiers bruts ou des JPG non traités : ils ne reflètent pas le travail du photographe et il y a fort à parier que celui-ci refusera légitimement de vous les transmettre, d’où l’importance de choisir rigoureusement ensemble la sélection finale. De la même façon, attention à ne pas modifier de quelque façon que ce soit les images qui vous ont été livrées : pas de passage en noir et blanc, pas de recadrage, pas d’effets (filtre, cadre, changement de couleurs, d’exposition, etc.), bref, rien. Sinon, vous serez coupable de contrefaçon et le photographe pourra, légitimement là aussi, se retourner contre vous. Enfin, pensez bien aux crédits à chaque publication.


Conseils/astuces

Avant la séance

  • La veille ou l’avant-veille, faites un gommage et une épilation si nécessaire. Si vous vous y prenez trop tard, attention aux rougeurs qui seront encore visibles. Hydratez-vous ensuite bien la peau, et surtout le visage.
  • Pour le maquillage, utilisez un fixateur de teint pour éviter les catastrophes.
  • La veille, couchez-vous tôt si possible : ça reste la meilleure des astuces beauté, pour les cernes comme pour le teint.
  • Le jour même, n’hésitez pas à booster un peu les regard (mascara, faux-cils, maquillage) et à rosir le teint car le traitement aura souvent tendance à harmoniser les tons et si c’est trop léger, le makeup ne sera quasiment pas visible.
  • Si vous avez des cartes de visite, c’est le moment d’en emporter…

Pendant la séance

  • Comme vu précédemment, il est souhaitable de demander à voir les clichés tout au long de la séance. Evitez de le demander à chaque prise de vue, évidemment, mais le faire à la  fin de chaque série, par exemple, semble un bon compromis.
  • Contrôlez coiffure et maquillage régulièrement : des retouches sont souvent nécessaires, ne serait-ce que pour matifier le teint qui, en extérieur, peut vite devenir brillant et disgracieux.
  • N’hésitez pas à changer d’emplacement, même si ça paraît évident. Essayez différentes orientations pour trouver la lumière adéquate. Pour plus de douceur, levez un peu le menton, cela illuminera votre visage. Ne pas hésiter à demander du short-lighting à votre photographe pour rendre votre visage moins rond si nécessaire.

Après la séance

  • Signez les contrats ! Veillez à ce que les deux exemplaires de chaque contrat soient bien identiques et conservez bien le vôtre.
  • Échangez les cartes de visite : vous pourrez recommander le photographe à vos ami(e)s si la séance vous a plu, et si vous souhaitez réitérer l’expérience avec un autre photographe, le bouche à oreille reste un très bon vecteur de communication, surtout dans cette branche. Tout le monde y gagne !

Et vous, franchirez-vous le pas ? Si vous avez tenté l’expérience, comment cela s’est-il passé ? Le referez-vous ?


Jonathan

Je suis un "pianographe à moteur". Cela résume trois de mes passions : le piano, la photographie et la moto. Les autres sont la lecture, les voyages et la gestion de mes sites web. J'essaie d'être critique et sincère à la fois, en chaque écriture, en me basant sur mon expérience et mes goûts personnels.

Related Posts

1 Commentaire

Rémy

il y a environ 4 années Répondre

Parfaitement clair, de bons conseils ; très professionnelle, cette démarche est la bienvenue et donne envie de travailler dans cet esprit. Bravo.

Laisser un Commentaire

Parce que vos commentaires permettent à la discussion de naître, ils sont les bienvenus.